Back
Image Alt

Le pancréas: est-ce vraiment nécessaire?

Les cancers se répandent à une vitesse exceptionnelle faute d’une mauvaise alimentation (principalement). Dans certains cas de cancer du pancréas, le spécialiste peut demander une ablation totale de ce organe. Les patients s’inquiètent tout de suite ; une crainte bien fondée ! Peut-on réellement mener une bonne vie sans le pancréas ?

Description

Les pancréas ont généralement une forme allongée comportant trois principales parties. Il s’agit de la tête, du corps et de la queue. La première partie, la tête, est celle qui est directement en contact avec le duodénum. Elle est allongée par le corps et par la queue. On le retrouve près de la rate, du côté gauche de l’abdomen. Chaque pancréas dispose d’un vaste réseau de canaux responsable du transport du suc pancréatique très important pour le corps. Le suc transporté est toujours une production du pancréas. L’ensemble de ce vaste réseau est connecté au canal de Wirsung qui à son tour est lié au canal cholédoque. Ce dernier favorise l’arrivée de la bile venant de la vésicule biliaire et du foie. La bile se mélange ensuite au suc pancréatique et le produit issu de ce mélange est convoyé vers le duodénum par l’ampoule de Vater pour finalement servir dans le processus de digestion.

A découvrir également : Quels sont les aliments qui peuvent causer une fausse couche ?

Les deux principaux rôles du pancréas

Le pancréas participe principalement à une bonne digestion et au contrôle de la glycémie.

Aide à la digestion assurée par le pancréas exocrine

Tous les jours, le pancréas produit des enzymes pancréatiques très utiles pour la digestion des aliments consommés. Ces enzymes proviennent principalement des cellules acineuses. Une fois produites, les enzymes se mélangent au suc pancréatique. Le produit ainsi obtenu se mélange à son tour à la bile avant de prendre par le duodénum pour finalement atterrir dans l’intestin grêle. Dans le tube digestif, les enzymes pancréatiques agissent sur les aliments qui y passent. Il s’en suit un long processus de décompositions d’où l’on obtient les graisses, les protéines, les sucres, etc. Les éléments ainsi libérés sont absorbés par l’organisme. Ce processus est entièrement assuré par le pancréas dit exocrine, qui représente environ 90 % de l’ensemble des cellules de cet organe. Généralement, les cas de cancer répertoriés ont rapport avec les cellules exocrines. Il s’agit le plus souvent de l’adénocarcinome canalaire pancréatique. Son développement débute au niveau des glandes.

A lire en complément : Massage Kobido : découvrez les bienfaits du massage facial

La régulation de la glycémie assurée par le pancréas endocrine

Le pancréas endocrine ne représente que 10 % de tout le pancréas. Il a toutefois un rôle assez important. C’est un réseau de cellules en regroupement, appelé « îlots de Langerhans ». Cet ensemble de cellules produit plusieurs hormones dont ceux réservés pour la régulation de la glycémie. C’est-à-dire des substances qui servent à contrôler la quantité de sucre dans le sang. Il s’agit principalement du glucagon et de l’insuline. Le glucagon permet d’augmenter le taux de sucre dans le sang alors que l’insuline permet de diminuer le taux de sucre dans le sang. Le pancréas produit et libère ces hormones proportionnellement aux besoins de l’organisme. En effet, en libérant du glucagon, le pancréas compense les besoins en énergie dans le corps, par l’augmentation du taux de glucose. Cela permet d’alimenter convenablement le cerveau, les muscles et d’autres organes importants pour l’activité en cour. Par contre, l’insuline est généralement sécrétée après un repas afin d’optimiser l’utilisation du glucose.

Vivre sans le pancréas

Au vu de tous les rôles du pancréas, il est évident que c’est un organe très important. En absence de cet organe, l’individu aura beaucoup du mal à digérer. Le reste de ces organes ne pourront plus être bien alimentés et une mort certaine s’en suivra. Notez également qu’un dysfonctionnement du pancréas endocrine peut être la cause d’un diabète. Cependant, si l’on trouve un moyen de fournir régulièrement à l’organisme tout ce que produit le pancréas, on pourrait bien s’en passer. Les avancées pharmaceutiques dans ce domaine sont pour l’heure prometteuses. En effet, ceux qui ont subi une ablation partielle ou totale compensent la fiable présence ou l’absence d’enzyme et d’hormone dans le corps. Pour cela, ils utilisent des comprimés d’enzymes digestives et font régulièrement des injections d’insuline. Ces personnes peuvent ainsi vivre plusieurs années sans le pancréas, mais en devenant dépendant de la prise d’insuline et d’enzymes digestives.